Friday, June 01, 2007

Agenda de ce week-end

Vous souhaitez rencontrer Jean-Paul Oury, lui poser toutes vos questions ?

  • Samedi 2 Juin, il se rendra à la rencontre des habitants de Laneuveville, d'Art-sur-Meurthe et de Fléville.
  • Dimanche 3 Juin : le matin il participera au marché de Pulnoy. Dans l'après-midi il participera à la fête de l'aéroclub de Nancy-Essey.

Labels: ,

Tuesday, May 29, 2007

Présentation de Génération Libre

Créée à l'initiative de jeunes étudiants et actifs libéraux, Génération Libre a pour vocation de porter les valeurs de liberté et l'esprit d'entreprise auprès du public jeune et étudiant, catégories sociales victimes du chômage de masse, de la mauvaise orientation scolaire, et d'un discours anti-entreprise tenu aussi bien par certains médias que par certains membres de l'Éducation Nationale. Ces déboires sont directement responsables de la perte de dynamisme, de motivation et de vocation dont la jeunesse française est victime, ainsi que de l'impréparation à l'entrée sur le marché du travail qui ne peut qu'être nuisible à son avenir. Génération libre conduira un travail de sensibilisation et de militantisme sur le net aussi bien que sur le terrain en vue de relayer son message.Si vous voulez en savoir plus, rendez-vous sur le site Internet : http://www.generation-libre.org

Bonne lecture !

Labels:

Monday, May 28, 2007

Prochaines réunions publiques

Jean-Paul Oury, organise deux réunions publiques, dans le cadre de sa candidature sur la deuxième circonscription de Meurthe-et-moselle :


MERCREDI 30 MAI
A partir de 20h30
Salle des Tilleuls,
Rue des tilleuls,
JARVILLE


JEUDI 31 MAI
A partir de 20h30
Au RELAIS D'ESSEY,
126, av. Foch, 54270
Essey-lès-Nancy

Ce sera l'occasion pour vous tous de rencontrer le candidat libéral et de poser vos questions sur notre projet authentiquement libéral.

Labels: ,

Wednesday, May 23, 2007

Réunions publiques pré-élections

Jean-Paul Oury, organise deux réunions publiques, dans le cadre de sa candidature sur la deuxième circonscription de Meurthe-et-moselle :

Mercredi 23 Mai - à partir de 20H30
salle du vélodrome
rue d’Echternach
54500 Vandoeuvre

Jeudi 24 Mai - à partir de 20h30
Foyer culturel,
Place de l'Europe
54130 Saint max

Ce sera l'occasion pour vous tous de rencontrer le candidat libéral et de poser vos questions sur notre projet authentiquement libéral.

Labels: ,

Thursday, May 10, 2007

23 Mai - Lancement de la campagne législative

Jean-Paul OURY (candidat sur la 2ème circonscription du 54) et Jean-Louis GUÉNÉGO (candidat sur la 4ème circonscription du 54) lanceront leur campagne législatives par une conférence de presse :

Mercredi 23 Mai - à partir de 11H
Flo Excelsior - salon Majorelle
40 rue Henri Poincaré
54000 Nancy

Ce sera l'occasion pour vous de rencontrer et échanger avec nos candidats et d'entendre leur programme.

En attendant, n'hésitez pas à regarder ou télécharger la profession de foi de M. OURY. Ni celle de M. GUÉNÉGO.

Labels: ,

Tuesday, May 08, 2007

Invitation pour un débat entre candidats aux legislatives

Une réunion « conférence – débat », est organisée par Jean-Louis GUENEGO, candidat d’Alternative Libérale aux élections législatives 2007 sur la 4ème circonscription de Meurthe et Moselle et à laquelle participeront dans le cadre d’un débat la plupart des candidats aux législatives sur Lunéville :
  • Véronique Vernoux (PRG)
  • Luc Binsinger (UDF)
  • Jean-Luc Manoury (FN),
  • Marie Neige Houchard (Verts),
  • Laurence Demonet (PS),
  • Philippe Fleurentin (DVG)

Mais le grand invité du jour sera Edouard Fillias, président d’Alternative Libérale qui fera le déplacement spécial depuis Paris. Il sera accompagné de Jean-Paul Oury, directeur des relations presses d’Alternative Libérale, mais aussi candidat aux élections législatives sur Nancy (2ème circonscription - 54).

Cette réunion est l’occasion pour vous de voir les candidats, de les interpeller et bien sûr de faire connaissance avec le dernier né de la politique française : Alternative Libérale.

Samedi 12 mai – 14h30 à 17h.
Frand Amphi Théâtre de l’IUT de Lunéville, Colonel Clarenthal
54300 LUNEVILLE

Saturday, April 07, 2007

Alternative Libérale avec le comité de soutien de Bayrou

ALTERNATIVE LIBERALE AVEC LE COMITE DE SOUTIEN DE BAYROU
Communiqué de presse

Afin de marquer son soutien à François Bayrou, Jean-Louis Guénégo et Jean-Paul Oury, respectivement candidats aux législatives pour Alternative Libérale sur la 4è et la 2è circonscription de Meurthe-et-Moselle, seront présents au rassemblement du comité de soutien qui aura lieu au Q.G. de campagne de l’UDF, 25 rue du haut-bourgeois, à 14h30 à Nancy aujourd’hui.

Ce soutien s’inscrit dans le cadre du soutien national apporté par Edouard Fillias, excandidat à la candidature, et est motivé par quatre raisons bien particulières :
  • La réforme des institutions: l’instauration de la proportionnelle telle que le veut le candidat centriste permettra une plus grande représentativité à l’Assemblée.
  • Le refus du bipartisme: dans tous les pays d’Europe, il existe des partis libéraux qui pèsent sur les choix politiques entre les socialistes et les conservateurs.
  • Le discours sur la dette et le déficit: Bayrou est le seul candidat qui présente un programme sans coût et qui souhaite lutter contre les déficits colossaux auxquels sont confrontés notre pays.
  • L’intérêt porté à l’Europe: la construction européenne est nécessaire pour imposer les réformes vitales à notre pays. Pour rappel, au parlement européen, les députés centristes siègent avec les libéraux.

Ces quatre raisons, motivent le soutien des militants d’A.L. au national et dans le 54 nos militants feront campagne pour le candidat centriste. On rappellera toutefois qu’il s’agit bien d’un soutien et non d’un ralliement ou d’une fusion. Ainsi, pour les législatives, A.L. présentera des candidats là où elle souhaite en présenter.
Alternative Libérale Lorraine

Labels: ,

Saturday, March 31, 2007

Une victoire opportuniste

UNE VICTOIRE OPPORTUNISTE
Communiqué de presse

Un article de l’Est républicain du 16 février titrait « une grande victoire pour la montagne » : les mesures de défiscalisation en faveur de l’hébergement touristique s’appliqueront désormais aux Vosges.

Après tout, nous sommes Lorrains, tant mieux pour la région, mais de quoi s’agit-il : de l’octroi d’une niche fiscale, autorisée par une loi datant du 23 février 2005, relative au développement des territoires ruraux, qui accorde une réduction d’impôt aux contribuables possédant des logements dans une zone de tourisme classée ( réduction de 50 000 € pour un célibataire, 100 000 € pour un couple marié). La persévérance de nos élus à payé : Monsieur le Ministre délégué à l’aménagement du territoire nous à finalement accordé sa faveur.

A cette occasion, reconnaissons que la structure de notre fiscalité s’avère inéquitable, instable et complexe. A force de privilégier différentes clientèles, d’inciter certaines formes d’investissements ou de consommation, le système est devenu illisible, de plus l’absence d’évaluation sérieuse ne permet pas d’avoir une idée précise de l’efficacité de ces dérogations. Rappelons que Le Code général des Impôts subit chaque année plus de 1.000 modifications.

ALTERNATIVE LIBERALE souhaite un système d’imposition simple, intelligible pour tous, transparent, respectueux du contribuable et enfin neutre. Nous ne voulons pas d’un système fiscal pouvant servir de levier électoral en favorisant certains acteurs avec des niches et des exemptions. Pour cela, nous proposons, entre-autre mesures, la suppression progressive de tous les régimes spéciaux ou exonératoires en matière de fiscalité de l'épargne. Par ailleurs, nous souhaitons mettre en place un impôt sur le revenu au taux égal pour tous, payé par tous.

Voilà prés de cinq ans que nos valeureux élus se battent pour notre région, c’est certainement un pur hasard qu’ils obtiennent satisfaction la veille d’une élection présidentielle !

Alternative Libérale Lorraine

Labels: ,

Sunday, March 25, 2007

Gérard Longuet : cherchez le libéral

GÉRARD LONGUET : CHERCHEZ LE LIBÉRAL
Communiqué de presse

Dans un article récent du Républicain Lorrain, le sénateur de la Meuse, Gérard Longuet soutient que Nicolas Sarkozy est libéral. On aimerait y croire. Mais Gérard Longuet a-t-il vraiment compris ce qu’était le libéralisme ?

Une vieille croyance populaire affirme que le libéral est un renard qui ruse pour s’introduire dans le poulailler. Gérard Longuet donne du grain à moudre à la croyance en affirmant de Nicolas Sarkozy qu’: “au-delà de ses airs de bateleurs démago, sa candidature est la promesse d’un libéralisme décomplexé”.

Que doit-on comprendre? Que Nicolas Sarkozy n’ose pas encore avouer son libéralisme aux français et qu’il va les piéger en se faisant élire sur un discours étatiste pour faire tout le contraire ? Ou, que, Gérard Longuet, n’a pas vraiment compris ce qu’était le libéralisme authentique. Pire ! Il a participé à sa mauvaise réputation en France et plus particulièrement en Lorraine en passant pour libéral alors que sa conduite démontrait tout le contraire : utilisation massive des subventions, puis cynisme méprisant quand les entreprises subventionnées partaient sous d'autres cieux ("L'important, c'est qu'on ait récupéré notre fric"), passage en force sur le dossier de l'autoroute A32 ...

Il n'est pas étonnant que le faux libéral Gérard Longuet soutienne l'autre faux libéral Nicolas Sarkozy : on cherchera en vain dans le programme du candidat UMP la volonté de rendre l'Etat plus modeste et de réduire drastiquement les dépenses publiques, conditions indispensables à une véritable reprise économique de notre pays -- où est la réforme fiscale de l'ancien ministre du budget ? -- on cherchera en vain la volonté de rendre aux français les nombreuses libertés dont ils ont été floués depuis trop longtemps (choix de l'école et du type d'enseignement de ses enfants, suppression de nombreux monopoles, comme celui de la sécurité sociale ou de la SNCF, suppression des lois mémorielles, etc.) ; on cherchera en vain la volonté de déréglementer notre pays qui étouffe sous 9.500 lois, 180.000 décrets et 400.000 règlements ; on cherchera en vain la volonté de voir les français dans leur diversité (ethnique et sociale) mieux représentés dans la vie politique française... Liberté, responsabilité, justice, confiance, tolérance : telles sont les valeurs authentiques qu'Alternative Libérale entend rendre aux français et remettre aux premières loges dans le débat politique français.

C’est la raison pour laquelle Edouard Fillias a préféré soutenir François Bayrou, un candidat qui n’est pas libéral, mais qui ne s’en cache pas et qui a pour “mandat clair” de refonder la constitution en introduisant la proportionnelle ainsi que d’en finir avec le bipartisme : les seules conditions pour voir un parti authentiquement libéral un jour émerger en France.


Alternative Libérale Lorraine

Labels:

Tuesday, March 13, 2007

Pourquoi Edouard Fillias soutient François Bayrou


Le pouvoir n’appartient plus, depuis longtemps, aux Français. Ils en ont été dépossédés par une double oligarchie, politique et syndicale, qui ne représente plus ni les citoyens, ni les travailleurs, mais qui gère pourtant en leur nom un modèle économique et social à la dérive. L’échec continu du dialogue social et des réformes atteste de la faible assise des acteurs en présence, rendus pusillanimes par leur manque de relais dans le pays et d’inspiration dans leur vision. Les Français sont si las de cette absence qu’ils n’attendent plus rien de leur « classe politique ». Ils ne s’estiment plus représentés. Il serait trop commode de rejeter le médiocre bilan sur le seul Président sortant et d’excuser ainsi un système qui a fait long feu. Nous ne ferons pas l’économie d’une refondation de notre système politique et de notre représentation syndicale. Tant que cette double équation n’aura pas été résolue, la France restera paralysée, sous la coupe d’un pouvoir illégitime et impuissant, déconnecté du peuple et incapable de fixer un cap.

Avant même la nécessaire réforme de la vie syndicale, c’est une nouvelle donne politique dont les Français ont besoin. Le système est bloqué par son sommet : c’est d’en haut qu’il faudra trancher le nœud gordien, élaguer l’espace d’une respiration démocratique pour rendre ce pouvoir aux Français qui l’attendent dans tous les domaines de la vie. Une issue restée introuvable jusqu’à présent. La France est gouvernée par un monopole aux deux visages, socialiste et conservateur qui se succèdent au pouvoir en reproduisant les mêmes schémas coupables de l’immobilisme et de la jouissance des avantages acquis, marqués au coin de l’anti-libéralisme. Il est si confortable de se succéder à soi-même dans une République qui n’a plus de ses pères fondateurs qu’un lointain souvenir. Mais depuis un certain 21 avril, la façade électorale ne dissimule plus les lézardes de l’abandon aux extrêmes, de l’abandon tout court.

Alternative Libérale s’est bravement constituée en mars 2006 pour défendre une vision originale des réformes. Un an plus tard, nous sommes fiers du travail accompli : notre parti compte désormais plus de mille cinq cent adhérents, sur tout le territoire. C’est une jeune force politique qui assume avec audace et fierté son identité libérale. Paradoxalement, ce mot que beaucoup croient usé n’a jamais eu en France droit de cité : « libéral », c’est la caricature de l’homme du Capital, le paria antisocial défenseur des intérêts égoïstes, comme si toute notion de bien commun lui était étrangère. Alors que partout en Europe des partis libéraux existent de longue date et s’allient à d’autres formations dans des gouvernements de coalition, les libéraux restent en France des éclaireurs. J’ai tenté pendant le premier volet de cette campagne présidentielle, de faire aimer aux Français cette vision politique nouvelle qu’ils méconnaissent, en réalité, plus qu’ils ne redoutent.

Le libéralisme, c’est l’invitation à l’écoute de l’autre, à la tolérance en son sens le plus positif, à la recherche de solutions négociées où chacun tire le meilleur avantage en assumant ses responsabilités. Le libéralisme, c’est l’invitation à la différence, à la pluralité des hommes et des idées : tout le contraire d’un modèle figé qu’on plaquerait stupidement sur toute société. Il n’y a d’ailleurs pas de « modèle libéral », chaque pays acclimatant cette pensée, cette attitude politique, à ses moeurs. Le libéralisme, c’est aussi le refus de la démagogie : Jeter de l’argent sur les problèmes, comme disent les britanniques, comme si les électeurs n’étaient pas capables de comprendre que ce qui est donné ici est forcément pris là-bas. Etre libéral, c’est chercher à concilier la dignité due à chaque homme - et la misère est une indignité dans notre société d’abondance - avec la liberté économique, culturelle et sociale qui lui permet de bâtir sa vie en individu libre et responsable de ses choix. Pour nous, la liberté de s’oppose pas à la justice sociale, elle en est le socle.

Pour atteindre cet équilibre, nous ne croyons pas aux chimères interventionnistes : le désordre apparent des choses masque en réalité l’ordre qui s’organise. La justice ne se décrète pas depuis les ministères, mais s’organise dans la défense sans cesse renouvelée de valeurs essentielles : liberté, dignité, propriété, égalité en droit et en devoirs. C’est l’oubli de ces valeurs fondatrices qui fait le mal-être français, et non le défaut d’intervention d’un Etat qui s’est discrédité par sa volonté de tout assumer sans rien assurer.

Les libéraux veulent renouer avec le message authentique de la Révolution de 1789 : au cœur du Serment du Jeu de Paume, c’est la juste représentation du peuple et la fin des privilèges arbitraires, dépendant du fait du Prince, qui sont attendus. Ce sont de nouvelles Bastilles qu’il nous faut abattre, en 2007, pour renouer avec l’esprit de la liberté.

C’est au nom du renouvellement des idées, des générations, des professions, des origines, des parcours de ceux qui nous gouvernent, au nom de tous ceux et celles qui sont aujourd’hui exclus du débat politique, que nous plaidons pour de nouvelles institutions, fondées sur trois principes essentiels : justice, transparence et égalité.

Pour la justice, nous voulons l’instauration d’un réel pouvoir judiciaire indépendant du pouvoir politique, succédant à une simple autorité de justice rudoyée à l’envie par le ministre de l’intérieur et le Garde des sceaux.

Pour la transparence, nous voulons que le Parlement exerce pleinement son devoir de contrôle de la dépense publique et qu’il fixe librement son ordre du jour. Nous voulons que les députés du peuple puissent bloquer un texte sans se voir opposer l’article 49-3, dit de « vote bloqué », qui permet au gouvernement de s’asseoir sur l’avis de la représentation nationale. Nous voulons un mandat unique pour tous les élus, afin que leurs électeurs sachent qui est responsable de quoi et puissent juger en conséquence. Nous voulons aussi que l’impôt soit prélevé là où il est dépensé : l’Etat, les régions et les collectivités locales doivent prélever l’impôt qu’ils ont à gérer, en vertu du principe « pas d’imposition sans représentation ».

Pour l’égalité enfin, nous voulons un mode de scrutin proportionnel, au moins partiel, aux élections législatives, seule voie pour réconcilier les Français avec le suffrage universel. Nous voulons le droit de vote des résidents étrangers aux élections locales. Nous voulons rétablir l’égalité de droits entre les citoyens, qu’ils travaillent dans le privé ou l’administration : aucun statut ne doit diviser les Français dans leurs droits.

Ces quelques principes sont le canevas d’un nouveau pacte démocratique. Nous appelons à une Révolution légale qui mette un terme au clanisme de l’ancienne République, aux coteries et aux héritages politiques. Une nouvelle règle du jeu, qui donne toute sa place à la pluralité des idées, tout en préservant la qualité et la force de la prise de décision du Président de la République. Cette Démocratie ouverte préfigure un temps nouveau, loin d’un bipartisme présidocratique en fin de règne, si affaibli qu’il en est réduit à appeler au parrainage des extrêmes pour se sauver lui-même. Il s’agit d’un saut d’époque au moins aussi important que le passage du cens au suffrage universel ou l’accès des femmes au droit de vote.

Cette refondation démocratique, qu’Alternative Libérale a mise au premier rang de ses priorités, dès sa création, est aujourd’hui possible. Elle permettra aux libéraux d’accéder enfin à une représentation indépendante au parlement grâce au scrutin proportionnel. Mais surtout, elle est la condition sine qua non des réformes structurelles que nous espérons de longue date.

La réforme radicale de nos systèmes de protection sociale - sécurité sociale, retraites, assurance maladie - exigera une intense négociation, conjuguée avec une grande capacité de décision. Il en va de même pour l’organisation d’un syndicalisme plus efficace, pour la lutte contre les inégalités en droit et les statuts, pour l’achèvement d’une réforme fiscale de grande ampleur. Et puis, notre société a changé : certains interdits moraux anciens doivent être levés et une nouvelle vie sociale autorisée. Nos institutions, dans leur état de décrépitude actuel, ne permettront pas de mener de tels chantiers, quel que soit le locataire de l’Elysée. En effet, comment diriger un navire dans une tempête quand le gouvernail ne répond pas ?

C’est pourquoi je soutiens la candidature de François Bayrou à l’élection présidentielle.

Il est le seul candidat dans cette course à proposer le changement radical des institutions qu’Alternative Libérale appelle de nos vœux. Elu président, il ouvrira la voie à ce nouveau pacte démocratique. Il lancera cette Révolution légale, d’autant plus forte qu’elle sera portée par des gens raisonnables : la plus profonde des révolutions est toujours celle des modérés.

Emmené par les Français, affranchi des appareils, il incarne une voie inattendue et inespérée vers le changement. Une Révolution de velours dont les premières conséquences heureuses pourraient être l’engagement de vraies réformes pour réguler le déficit chronique du budget et juguler notre dette écrasante, mais aussi pour renouer avec une Union Européenne que nous, libéraux, considérons comme une opportunité historique.

François Bayrou n’est pas un libéral au sens où nous le sommes, où je le suis. Mais sa démarche est fondatrice. Il ouvre la porte d’un nouveau projet politique, où la concertation sera certes forte entre des courants d’idées et des personnalités différentes, mais où les libéraux sauront prendre toute leur part. Cette ouverture vaut bien mieux que le statu quo et la démagogie, seule perspective offerte par les duettistes conservateurs et socialistes.

Je m’engage avec Alternative Libérale, en toute indépendance et avec une vision claire de nos espérances, pour que 2007 soit une année utile.

La Révolution ne commence jamais là où on l’attend.

Librement,

Edouard Fillias
Président d’Alternative Libérale

Sunday, March 11, 2007

Petit candidat tiré au sort: “Aillagon Jacta Est !”

PETIT CANDIDAT TIRÉ AU SORT : “AILLAGON JACTA EST !”
Communiqué de presse

En choisissant la formule du tirage au sort pour parrainer un petit candidat, Jean-Jacques Aillagon, rajoute une couche d’injustice sur un système absurde d’une autre époque, dont le crépuscule se fait attendre avec celui de la cinquième République

On savait que Metz était une cité gallo-romaine. On ignorait qu’il y subsistait encore des tribuns. En tirant au sort le petit candidat qu’il parrainera, l’ex-ministre de la culture et conseiller régional de Lorraine Jean-Jacques Aillagon, réhabilite la tradition romaine du tirage au sort qui présidait au choix des gladiateurs destinés à entrer dans l’arène. A n’en pas douter, l’actuel Directeur artistique du Palazzo Grassi à Venise, a été inspiré par les ruines de l’empire romain.

Ainsi, par son auguste geste, il illustre cette réalité d’une autre époque: les petits candidats sont réduits à l’état de gladiateurs. On les imagine attendant avec angoisse d’être tirés au sort pour venir combattre au coeur de l’arène politique. Les heureux élus auront l’honneur de défier Sarkozus et Ségoliath, sachant que ces deux “Grands Gladiateurs” auront fait désigner au préalable les “petits gladiateurs” qui les arrangent.

Ces pratiques électorales ne grandissent pas l’image de la France. On peut d’ailleurs s’étonner qu’un ex-Ministre de la culture ait agit ainsi. On aurait pu attendre de ce lettré qu’il prenne au moins le temps de lire le programme de son “filleul”. Or, “comme par hasard”, “le hasard a bien fait les choses” en désignant un petit candidat d’extrême gauche qui contribue à diviser la gauche, plutôt qu’un libéral authentique qui pourrait captiver des libéraux de l’UMP. Gageons cependant, que le tirage ait été effectué en présence d’un huissier, car nous ne sommes plus au Moyen-Âge tout de même !

Une choses est sûre: si ce système n’est pas rapidement réformé, il pourrait bien entraîner avec lui la chute de l’empire Gaullien et de tous les tribuns qui en sont à la tête.

Alternative Libérale Lorraine

Labels: ,

Thursday, March 08, 2007

TGV Est et concurrence

TGV EST ET CONCURRENCE
Communiqué de presse


Alors que l’arrivée de la ligne TGV qui se faisait tant attendre s’est récemment fendue d’une forte déconvenue tarifaire, il est plus que jamais nécessaire de relancer la concurrence en matière de transport en commun pour que celle-ci puisse profiter aux Lorrains et qu’ils puissent avoir à choisir entre plusieurs modes de transport en commun.


Après la disparition annoncée de la ligne Air France (courage..fuyons) de l’aéroport de Metz-Nancy, c’est l’échange d’un monopole pour un autre monopole.

Le grand perdant dans cette affaire est le consommateur Lorrain. Doublement perdant d’ailleurs, car d’une part le prix du billet va faire un bond de 50%. Mais d’autre part, les lorrains devront payer un supplément d’impôts générés par les collectivités locales qui ont financé 57% du dossier TGV sans avoir droit au chapitre sur la fixation des tarifs. Ces mêmes élus, qui n’ont vu dans le TGV qu’une aubaine de communication et de publicité politique, ont oublié les « usagers » dans leur négociation.

Alternative Libérale rappelle que la solution à une saine préservation des intérêts des consommateurs c’est : la concurrence, la liberté de marché et la disparition des monopoles, comme pour le téléphone. L’Etat n’a plus de rôle à jouer dans des sociétés de transport puisque de toute façon il ne régule plus les tarifs. C’est aux entreprises qu’il appartient de proposer et de gérer l’activité économique d’un pays, l’Etat devant se limiter à ses fonctions régaliennes.

Alternative Libérale demande donc que soit remise sur le marché, au mieux disant, l’exploitation d’une liaison aérienne entre Metz-Nancy et Paris-Orly.

Alternative Libérale Lorraine

Labels: ,

Wednesday, February 21, 2007

Ma santé a un prix

MA SANTE A UN PRIX
Communiqué de presse

A Vandoeuvre le patron de la clinique St André, président de la Fédération de l’Hospitalisation Privée (FHP) doit non seulement soigner mais aussi rentabiliser son établissement. Soigner, lui et son équipe savent faire, ils réussissent, rentabiliser ils savent faire aussi, mais là c’est plus difficile.

Pourquoi ? parce qu’ils exercent dans un contexte régulé, réglementé, qui empêche la maîtrise d’une saine gestion. C’est simple, s’ils n’équilibrent pas les comptes, la clinique va fermer, et nous ne serons plus soignés du tout. Le privé représente prés de la moitié des hospitalisations en France, en Lorraine c’est 21 établissements, 2000 lits, 3000 salariés. Leur coût de revient est inférieur à celui du public. Alors pourquoi des tarifs bloqués et des quotas de malades ?

Les problèmes de gestion rencontrés par les établissements privés démontrent à quel point la situation de l’assurance maladie est grave et que toutes les réformes qui ont été menées jusqu’à présent n’ont pas conduit le système vers plus d’équilibre. Une raison suffisante qui confirme ALTERNATIVE LIBERALE dans sa volonté d’abroger le monopole de la sécurité sociale. Cet organisme imposé dans les années 50 est arrivé à bout de souffle, il est devenu injuste et hors de prix. Cette réforme nécessaire donne le droit à tous les français de s’assurer auprès de l’assurance de leur choix. Il est donc évident que seule ce changement permettra une responsabilisation des acteurs et des prestataires de service. En outre, on précisera que cette solution ne remet en cause ni l’obligation de s’assurer, ni l’exigence de solidarité, puisqu’une cotisation obligatoire pour un « panier de soin universel » accessible à tous serait maintenu et les assurances auraient l’obligation de ne pas sélectionner leurs assurés.

Ce système plus transparent pour le patient et pour les soignants permettrait à un établissement comme la clinique Saint André d’avoir une meilleure maîtrise de ses budgets. Nos hôpitaux publics et nos cliniques privées pourraient enfin exercer dans un environnement qui permettrait une vraie gestion, sans pour autant que les patients soient moins bien traités. Enfin, cette mesure de bon sens, semble la seule manière de mettre un terme à l’irrémédiable chute dans le trou sans fond de la sécu.

Alternative Libérale Lorraine

Labels:

Thursday, February 15, 2007

S'inspirer du Pacs

Revue de presse
L'est Républicain - 29 Janvier 2007

En Lorraine, en 2006, la prgression des Pacs a été d'environ 20% sur l'année précédente, la tendance est la même au niveau national. Ce qui est curieux, c'est qu la première raison invoquée pour conclure un Pacs est qu'il est très simple et peu coûtex à dissoudre !

Chacun d'entre nous a consceicne que notre environnement, nos sentiments peuvent évoluer, et qu'il faudra alors s'adapter à une situation nouvelle. Nous voulons garder notre liberté pour choisir à ce moment, la solution la meilleure pour les deux parties (au tribunal d'instance de Nancy, 116 Pacs ont été dissous en 2006 dont 93 d'un commun accord) et alors, me diez-vous ? Faite la relation avec un contrat d'embauche (CPE révisé ou futur contrat unique) laissons de la souplesse et de la simplciité en cas de séparation, bien sûr motivée. Là aussi l'environnement, le marché, notre affectivité vis à vis de l'entreprsie évoluent. Un contrat d'insipration libérale, au moment d'une séparation laisserait haque partenaire devant un chois simple, libre et consenti. Si l'on sait que la sortie n'est pas "cadenassée", le citoyen futur conjoint employeur, employé n'hésitera pas à entrer. Imaginez, plus d'mplois, plus de Pca, nous résolvon d'un cop le chômage et la crise du logement !
Jacques Seurat

Labels:

Wednesday, February 14, 2007

Le congrès et notre chasse aux signatures, d'après l'est

Revue de presse
L'Est Républicain - 11 Février 2007

Signatures Chargé de com d'Alternative liberale, le Lorrain Jean-Paul Oury décompte soigneusement les promesses de parrainage de son candidat Edouard Fillias qui en serait a 397. Ce qui n'est pas si mal mais force le pas des liberaux A noter que de nombreuses sympathies semblent s'éveiller réciproquement avec les tenants de l'UDF. Ainsi le week-end dernier, Marielle de Sarnez, égérie de François Bayrou, est venue partager la journée d'Edouard Fillias Sur la même longueur d'onde concernant la critique des institutions, Liberaux et UDF pourraient a terme imaginer un ticket commun.

Labels:

Monday, February 12, 2007

Loi dirigiste sur le tabac : liberté pour le narguilêh !

Communiqué de presse

Le 1er février, la loi interdisant le tabac au sein des entreprises s’applique. A Nancy, le bar à narguilêh « Les mille et une nuits » où le client entre librement pour fumer le narguilêh sera condamné à fermer en janvier 2008, comme les 600 autres établissements français.

Si ce cas est particulier, il reflète l’aspect liberticide de la loi anti-tabac, qui, sous prétexte de défense des non-fumeurs, permet à l’Etat de s’introduire dans la sphère privée. En effet, en contraignant les chefs de tous les établissements, cette loi prouve une fois de plus les travers du dirigisme et de ces technocrates qui agissent ni plus ni moins que des nounous, faisant qu’à chaque nouvelle loi, on s’éloigne un peu plus d’une démocratie libérale.

La fumée fait des morts, il ne s’agit pas de le nier, mais n’existe-t-il pas d’autres solutions beaucoup plus souples ? Si protéger le non-fumeur et informer des dangers du tabac peut être du ressort de l’Etat, il n’en reste pas moins que ce dernier n’a pas à s’immiscer dans la sphère des libertés individuelles.

Pour Alternative Libérale, la réforme la moins liberticide est de laisser les patrons d’établissements décider d’être soit 100% fumeurs (avec protections spécifiques des employés) soit totalement non-fumeurs. Le consommateur serait alors libre de choisir, la tendance générale étant vers moins de tabac, le résultat escompté serait obtenu sans contrainte, et la possibilité serait laissée aux citoyens de s’adonner au plaisir du tabac en public, de même que celle d’échapper à ses dangers.

AL 54

Labels: ,

Friday, February 09, 2007

Oui aux syndicats dans les entreprises

Commniqué de presse

Minoritaire ou majoritaire, peu importe, la liberté d’expression et le droit d’association doivent être défendus.

LA POSTE qui transfert son centre de tri postal de NANCY à PAGNY les GOIN semble emménager dans des locaux ” si exigus ” que la CNT PTT 54 ne puisse plus y trouver place ! Cette organisation syndicale qui agit depuis plus de dix ans, constituée conformément au droit du travail et répondant au critère de représentativité selon l’article L.133.2 du code du travail, n’aurait plus droit de cité sur décision de l’employeur.
Rappelons que la libre création des syndicats a été défendu au XIX e siècle par des parlementaires libéraux. Le mouvement ALTERNATIVE LIBERALE se bat aussi en Lorraine pour abroger le monopole de représentativité détenu par cinq syndicats depuis une loi votée en 1966.
Nous proposons que chaque citoyen puisse créer un syndicat pour défendre les intérêts des salariés de son entreprise, voire de plusieurs entreprises, et que ce syndicat ait le droit de se présenter au premier tour des élections professionnelles.
Il n’est pas admissible que l’employeur, avec parfois la complicité de syndicats reconnus ” officiels “, décide d’éliminer une organisation syndicale quelque soit sa taille, sa couleur ou son origine. Si on rejette de l’entreprise les organisations dissidentes, le combat se poursuivra dans la rue avec les conséquences que l’on sait.

Labels: ,

Thursday, January 18, 2007

Les vœux d’Alternative Libérale Lorraine

Communiqué de presse

Les vœux d’Alternative Libérale Lorraine: pour une année de liberté et de responsabilités

Alternative Libérale Lorraine souhaite aux lorraines et aux lorrains une année de liberté, d’initiatives et de responsabilités. Dans l’océan des promesses pré-électorales notre jeune parti se veut être un îlot de lucidité et d’innovation.

Le renouveau politique annoncé pour l’année 2007 par les deux présupposés finalistes del’élection présidentielles n’augure rien de bon, malgré la surenchère de leurs effets d’annonce. Les perspectives économiques et sociales qu’ils proposent ne sont pas réjouissantes, car accablantes pour l’endettement du pays et infantilisantes pour les citoyens. Quant aux voeux d’un président de la République en fin de mandat, nous préférons nous boucher les oreilles, car ces promesses sont une insulte à l’honneur des français, sachant qu’elles n’engagent plus celui qui les tient.

Nous voudrions adresser plus particulièrement nos voeux à la génération « internet » qui devra supporter toute une vie l’inconséquence de la gestion politique des 25 dernières années. Nous disons à ces femmes et ces hommes: “courage et gardez espoir, en politique comme en économie il n’y a pas de fatalité, il n’y a que de la volonté à opposer au désespoir, le temps est venu pour de nouveaux systèmes de gestion et d’organisation du pays, la vrai rupture sera celle de la fin de la lutte des classes vers une politique ou l’individu sera remis au cœur des projets.” Aussi, Alternative Libérale fait le serment de s’engager dans le combat politique pour représenter en Lorraine toutes celles et ceux qui en ont marre de voir l’incompétence se maintenir au pouvoir depuis des années. Pour cela nous nous battrons pour défendre le programme d’Edouard Fillias, plus jeune candidat à la présidentielle et feront connaître très prochainement le nom de nos candidats aux législatives dans la Région.

Enfin, nous profitons de ce message de voeux pour annoncer la parution du manifeste des Alter-libéraux, ouvrage à paraître aux éditions Michalon, le 11 janvier 2007.

Oui un autre Monde est possible et ce monde que nous appelons de tous nos voeux est libéral !

Christian Braga et Jean Paul Oury

Labels:

Wednesday, January 17, 2007

AL présente trois candidats en Meurthe-et-Moselle


Revue de Presse
Paru dans l'Est Républicain du 12 Janvier 2007
Edouard Fillias le leader national d’Alternative Libérale court toujours après ses 500 promesses de parrainages pour la présidentielle, mais en Meurthe-et-Moselle, Alternative Libérale se porte suffisamment bien pour envisager de présenter trois candidats : Jean-Paul Oury devrait partir sur la 2e Nancy, Jean-Louis Guénéguo devrait s'engager sur Lunéville. Et un bretteur musclé pourrait sortir du rang sur la 3e Nancy.

Labels:

Tuesday, January 02, 2007

Le Manifeste des Alter-libéraux arrive !

Le livre écrit par Edouard Fillias, Aurélien Véron, Sabine Herold, Ludovic Lassauce et Jean-Paul Oury (responsable d'AL Lorraine) sortira ce 11 Janvier.
A 27 ans, Edouard Fillias est candidat à la présidence de la République. Ce manifeste est le cri d’une nouvelle génération qui étouffe dans une France endormie, incapable de se remettre radicalement en cause.

Pour une nouvelle génération, née après 1968, bâillonnée dans cette société vieillissante, la France est un énorme étouffoir et les pourquoi s’enquillent devant les situations absurdes. Pourquoi y a-t-il des travailleurs SDF ? Pourquoi ne peut-on pas fumer un pétard chez soi tranquillement ? Pourquoi est-on obligé de cotiser à la Sécurité Sociale ? Pourquoi les fonctionnaires peuvent-ils partir à la retraite 5 ans plus tôt que les salariés du privé ? Pourquoi Thierry Breton est-il ministre des Finances alors qu’il a mis France Télécom sur le tapis ? Pourquoi Renaud Donnedieu de Vabres va-t-il me punir pour avoir télécharger des musiques sur Internet ? Quelle marge de manœuvre avons-nous réellement sur nos vies ? « Le bonheur est dans le pré » et « Amélie Poulain » bienheureuse sur sa butte. Mais dormez bonnes gens, tout roule, le gouvernement veille au grain. Papa Sarko et Maman Royale pourvoiront aux aléas du quotidien. Dans cette société de la sécurisation maximale, nous serons sous protection… La politique est un jeu de rôle crispé : la France n’est pas immobile, non, et c’est pire, elle tourne en rond, recycle sa propre matière à l’infini. Dans ce paysage sinistré, le libéralisme est toujours désigné comme la pensée paria. Heureusement, Edouard Fillias et les alter-libéraux arrivent…

Je vous invite à le commander ou à visiter le site dédié au manifeste

Meilleurs voeux

2007 arrive enfin. Cette année sera l'occasion pour les français, nous l'espérons, de rompre avec 30 ans de conservatisme de droite et de gauche. Ce sera aussi l'occasion d'avoir une vraie politique de la liberté, moteur de tout état moderne.

Alternative Libérale vous souhaite une excellente année 2007

Tuesday, December 12, 2006

Débat - Social ou Libéral ?

Les Cafés Liberté sont heureux de vous inviter au débat :

Libéral ou Social ?

Le Mercredi 13 décembre 2006
à 20H30
Au restaurant "Les Césars"
Nancy - Place Stanislas

Vous pourrez rencontrer et débattre avec quelques militants d'AL Nancy

Friday, November 17, 2006

AL a cadrillé le web

revue de presse

Le blog Netpolitique a publié une interview du fondateur de Observatoir Présidentielles 2007 :

Netpolitique : vous avez récemment mis en ligne une nouvelle version du Blogopole, qui présente une cartographie des réseaux de chaque candidat sur le web. Quels en sont les enseignements principaux ?

[...]

- enfin nous avons été étonnés par la forte présence de la sphère libérale. Alternative Libérale est un parti fondé par Edouard Fillias déjà fondateur de l'association Liberté Chérie qui avait fait preuve d'une présence importante sur le web lors du débat pour le traité constitutionnel européen. Edouard Fillias s'est déclaré candidat à présidentielle et son poids sur le web est sans commune mesure avec la couverture médiatique classique dont il jouit. On a repéré là une stratégie ultra-offensive d'utilisation du web comme terrain de campagne.


Source : Netpolitique

On remarquera d'ailleurs que notre blog est présent sur l'Observatoire politique.

Labels:

Wednesday, November 15, 2006

Photos du Meeting d'Edouard Fillias

Voici quelques photos du Meeting nancèien d'Edouard Fillias :












Voici quelques photos du Meeting d'Edouard Fillias :

Labels:

Thursday, November 02, 2006

Attac: des universités populaires aux frais du peuple

Communiqué de presse

Entre octobre 2006 et juin 2007, l’association Attac Moselle donnera 11 universités populaires dans un amphithéâtre prêté gracieusement par l’IUT de Metz. Alternative libérale lorraine s’insurge contre cet abus de bien social et dénonce l’ “institutionnalisation implicite” de l’idéologie d’un groupe de pression.

Est-il normal qu’une salle d’IUT soit prêtée gracieusement à une organisation partisane pour un cycle de 12 conférences dont une seule n’aura pas lieu à l’île du Saulcy ? De quel droit un groupe de pression peut-il réquisitionner ainsi un établissement universitaire financé avec les deniers publics ? De quel droit, ses “universités populaires” aux contenus idéologiques, peuvent-elles être tenues au même titre que n’importe quel “cours officiel” ?

Que dire du fait, enfin, que Pierre Bertinotti, conseiller municipal (PS) de Metz, intervienne sur la thématique "La réduction des dépenses publiques : facteur ou non d'inégalités sociales ?" ? N’estce pas pour ce probable candidat à la mairie, l’occasion rêvée pour amorcer sa campagne? Surtout avec une thématique qui relève davantage du “meeting politique” que du débat d’idées.

Libre à Attac de proposer ses conférences, mais dans un cadre privé. Ce n’est pas à l’institution publique d’y pourvoir. Ce n’est pas au contribuable de payer pour un groupe de pression, à double titre, et de lui permettre de trouver une légitimité. L’idéologie défendue par Attac a droit de cité, mais ailleurs qu’au coeur de l’Université, vecteur de savoir. Le contribuable n’a pas à devoir payer pour les subventions versées à l’association puis, de façon détournée, pour les locaux qu’elle utilise.

Alternative Libérale défend un autre modèle que celui de la société de collusion où la liberté d’expression dépend du réseau relationnel, où les subventions d’instances publiques se doublent d’avantages en nature octroyés à un groupe qui montre son obscurantisme à chaque occasion permise et est toujours le premier à dénoncer “les profiteurs de la société”. Avant de donner des leçons à la terre entière, Attac ferait bien de commencer par régler les abus de son réseau associatif.

Labels:

Tuesday, October 31, 2006

Fillias lance sa campagne à Nancy

Revue de presse

Suite au Meeting Politique d'Edouard Fillias à Nancy, voici une interview d'Edouard Fillias, parue dans l'Est Républicain

De Gauche à droite : Christian Braga, Jean-Paul Oury, Edouard Fillias, Paul CharlotAssisté d'Aurélien Véron son porte-parole analyste grands comptes chez Paris-bas, et des membres de son staff, Edouard Fillias, 26 ans, président d'Alteranative Libérale, a lancé sa campagne hier soir salle Raugraff à Nancy au milieu de jeunes militants de la région persuadés de la validité des options libérales.

Courant après les signatures d'élus qui lui donneraient une légitimité pour briguer l'Elysée, le jeune leader a déroulé ses arguments. « Contrairement à la rupture de Nicolas Sarkozy ou au désir d'avenir de Ségolène Royal qui proposent des solutions toutes faites aux électeurs ». Edouard Fillias entend « ouvrir les portes de la liberté aux Français ». Il veut les affranchir du joug de la Sécu pour permettre aux gens de « choisir leur assurance ou leur mutuelle au prix qui leur conviennent pour des prestations qui leur conviennent ». Il entend les soulager « du poids de la fonction publique et simplifier le code du travail ».

Il veut aussi « donner la latitude aux citoyens de choisir l'age de leur retraire » et il souhaite « lancer un impôt à taux unique pour tous les Français dès le premier euro ».

Labels:

Monday, October 30, 2006

Alternative Libérale lance sa campagne

Revue de presse

Suite au Meeting Politique d'Edouard Fillias à Nancy, voici une interview d'Edouard Fillias, parue dans le Republicain Lorrain


Edouard Fillias a NancyEdouard Fillias, le président du mouvement Alternative Libérale, était hier soir à Nancy.

Edouard Fillias, le prési­dent du tout nouveau mouvement Alternative Libérale. créé en mars dernier, a tenu son premier meeting de campagne pour l'élection présidentielle hier soir à Nancy. Ce jeune dirigeant d'entreprise de 27 ans, candidat déclaré, es­saie de faire son chemin entre la droite et la gauche traditionnelles.

A ce jour, combien avez-vous obtenu de signatures pour déposer votre candida­ture ?

Edouard Fillias : « Au début du mois d'octobre, nous étions à 120 promesses de si­gnature. Mais j'ai annoncé que nous ne communiquerons plus sur ce sujet pour ne pas décourager les élus sensibles à notre mouvement. Ils ont peur de favoriser Jean-Marie Le Pen et ils songent au vote utile ».

Vous dites que votre mou­vement n'est ni de droite, ni de gauche. De quel modèle social vous sentez-vous le plus proche ?

« Sans doute du modèle suédois. Celui-ci a su conser­ver la solidarité tout en favori­sant la liberté de choix. Je suis pour rendre des options aux gens. Leur permettre de choi­sir. par exemple, l'école de leurs enfants, leur protection sociale, leur mode de vie. Je suis pour des réformes négo­ciées ».

Vous avez été militant au RPR. Quelle expérience tirez-vous de cet engagement ?

« J'ai été militant au RPR à l'âge de 20 ans. J'ai soutenu la candidature de Patrick Deved­jian à la tête du parti. Je vou­lais faire du RPR un parti libé­ral. Aujourd'hui, la droite est gaulliste. Sarkozy ne sait pas se renouveler. La droite a en­core une fois rendu une mau­vaise copie. Quant à Ségoléne Royal, c'est une mauvaise candidate de droite. Il faut sortir du bipartisme. L'arrivée d'Alternative Libérale pose la vraie question : est-il possible en France de créer un nouveau parti politique ?

Labels:

Friday, October 13, 2006

Edouard Fillias, à Nancy, le Jeudi 26 octobre

Meeting Politique d'Edouard Fillias Jeudi 26 Octobre

Edouard Fillias, le candidat d’Alternative libérale
sera présent à Nancy le jeudi
26 octobre 2006, à 20h30 à la salle Raugraff à Nancy.

Un mois après avoir lancé sa candidature aux présidentielles 2007, Edouard Fillias
inaugure sa tournée nationale en venant à Nancy. Cette réunion sera l’occasion
pour le candidat du libre choix d’une rencontre avec les lorrains et d’une présentation de son projet électoral, articulé autour de trois axes forts : refonder la démocratie, créer des espaces de liberté et une nouvelle donne économique et sociale.

Dans chacun de ces domaines, il s’agit d’ouvrir pour les Français des «
Portes de la Liberté
», qui débloqueront notre société. A noter également la présence d’Aurélien Véron, vice pdt, porte parole et responsable du pôle programme d’AL.

Ce meeting politique est public et ouvert à tous les lorrains.

Labels:

Contre le cumul des mandats

Revue de presse


Pour un renouveau de la classe politique et contre le cumul des mandats !

ALTERNATIVE LIBERALE LORRAINE par la voix de ses délégués Jean Paul Oury (54) et Christian Braga (57), réagit à l’article paru dans l’Est Républicain : « Rausch maintient le suspens »

Dans l’article de l’Est Républicain daté du 10.10.2006, le Maire de Metz entretient un faux suspens sur les prochaines élections municipales : ses réflexions sur sa santé et sur sa popularité ne concernent que lui ! En effet, c’est parler pour ne rien dire qu’affirmer qu’on est candidat si on est sur d’être élu et en bonne santé. La soudaine agitation médiatique du maire de Metz et la profusion des projets préélectoraux de ces derniers temps révèlent une réelle inquiétude et ne font que mettre plus de relief sur le long sommeil de la ville de Metz : quel contraste avec Nancy… Par ailleurs, les remarques de Monsieur Rausch sur André Rossinot, prouvent qu’il n’a toujours pas dépassé le stade des vieux combats d’arrière-garde. Cet article démontre ô combien, les temps sont propices à l’émergence de nouvelles candidatures audacieuses et au renouvellement des élus et des dirigeants et la nécessité d’empêcher le cumul des mandats et de les limiter dans le temps, une position qui est clairement définie dans le programme d’Alternative Libérale et qui sera défendue lors de la campagne présidentielle 2007 par le candidat Edouard Fillias :

Tout élu ne peut être titulaire que d’un seul mandat électif. La fonction de membre du gouvernement est incompatible avec tout mandat électoral national ou local. Les membres du gouvernement qui ont dû abandonner un mandat au moment de leur nomination le retrouve immédiatement après leur cessation de fonction. Dans le cas des maires, le maximum des mandats consécutifs sera fixé à trois et la limite d’âge à 65 ans (comme dans le privé).

Alternative Libérale Lorraine

Edouard Fillias, inaugurera sa tournée nationale par un meeting politique qui aura lieu le jeudi 26 à Nancy (heure et salle, à préciser).

Labels:

Sunday, October 01, 2006

Edouard Fillias sera notre candidat en 2007

Edouard Fillias, le candidat du libre choixAlternative Libérale a dévoilé son candidat pour les présidentielles lors d’une conférence de presse ce matin à Paris. Il s’agit d’Edouard Fillias, 27 ans, président et fondateur du mouvement, qui annonce avoir déjà recueilli 104 promesses de signatures d’élus.

Devant une trentaine de journalistes et quelques militants réunis pour l’occasion, Edouard Fillias a inauguré la conférence de presse en annonçant qu’il porterait le flambeau d’Alternative Libérale à l’élection présidentielle de 2007. Sa nomination a été votée à l’unanimité du comité de direction du parti.

Il a annoncé qu’il serait « le candidat du libre choix » et a présenté les grandes lignes de son programme, articulé autour de trois axes forts : refonder la démocratie, créer des espaces de liberté et une nouvelle donne économique et sociale.

Dans chacun de ces domaines, il s’agit d’ouvrir pour les Français des « Portes de la Liberté », qui débloqueront notre société. Ses propositions seront publiées intégralement sur Internet dans les prochains jours.

Après le discours d’Edouard Fillias, Marc-Olivier Lamaro, chargé de la collecte des signatures a fait état de 104 promesses au jour et s’est montré confiant, assuré d’atteindre le seuil des 500 signatures.

Aurélien Véron a exposé brièvement le plan de campagne avec une tournée du candidat à travers le pays dès la fin du mois d’octobre.

Sabine Herold, porte-parole du candidat a annoncé qu’elle se présentera aux législatives dans le 17ème arrondissement de Paris, face à Françoise de Panafieu.

Le jeune réalisateur Raphaël Glucksmann, qui sera également candidat dans la capitale, a exposé les positions d’Alternative Libérale sur la politique étrangère de la France.

Enfin, André Bercoff a apporté son soutien à Edouard Fillias et invité les journalistes à oser “prendre parti pour Alternative Libérale”.

> Voir le site du candidat
> Voir la conférence de presse

Sunday, September 17, 2006

Une interview d'Edouard Fillias, président d'Alternative Libérale

Edouard Fillias, lors du congré fondateur d'AL, à La CigaleDiplômé de l’IEP de Paris et de HEC, jeune entrepreneur, Edouard Fillias est l’actuel président d’Alternative Libérale. Il n’a pas encore la trentaine mais totalise déjà plusieurs années de militantisme libéral remarquées dans le paysage politique français. Il a notamment mené l'association Liberté Chérie, qu'il a fondé et présidé durant quatre ans, à de nombreux succès libéraux, comme la grande manifestation du 15 juin 2003 qui rassembla plus de 80.000 personnes dans les rues de Paris en faveur de la réforme des retraites et contre les blocages des syndicats. Découvrez sur le blog Alternative 38 une interview exclusive de ce gladiateur des temps nouveaux qui n'hésite pas à défendre à mains nues les idées libérales dans l'arène politique française : cliquez ici !

Thursday, September 14, 2006

Pic-Nic Libéral Grand-Est

Compte-Rendu

Chers adhérants, chers sympathisants,

Pas moins de 30 personnes étaient présentes hier : Aurélien Véron (responsable du pôle programme, vice président), Philippe Seigneur (responsable du pôle formation), Patrice Velzine (responsable grand-est), Jean-Paul Oury (responsable médias) ainsi que les comités AL Nancy, Metz, Jura, Champagne-Ardenne, Luxembourg, Belgique, ...

Le pic-nic commença vers 12H30 par un discours de Jean-Paul Oury (organisateur de l'événement) sur un bilan d'AL de l'année 2005-2006 suivi de Aurélien Véron.
Pic-Nic libéral grand-est d'AL

A 13H, le repas commença dans une ambiance chaleureuse où chacun pu faire la connaissance de son voisin. Pendant le service du dessert, vers 15H, Aurélien dévoila quelques points du programme :
  • Salaire complet (le salarié touche les cotisations patronale puis choisi ses assurances), et assouplissement du travail de nuit et du dimanche.
  • École : surpression de la carte scolaire, indépendance des établissements.
  • Justice : augmentation du budget
Philippe Seigneur continua en nous présentant le programme du pôle formation :
Week-end de formation (le prochain étant le 21 Octobre), réunions de formations au boulevard Flandrin, ...
  • Installer le pôle formation dans chaque fédération
  • Création d'une bibliothèque en ligne
  • A terme, université d'été libérale
Puis Paul Charlot (Responsable formation sur Nancy), commença une explication du texte Le Loup et le Chien de Jean De La Fontaine.

Pendant un café, Aurélien nous informa d'une conférence de presse fin Septembre pour annoncer le candidat et le programme d'AL. Puis il répondit au questions de l'audience :
  • Explication sur le bouclier social
  • Statut des fonctionnaires : surpression et remplacement par un contrat privé
  • Décentralisation
Enfin nous avons discuté des perspectives des fédérations :
  • création de cellules de veille. Nécessité d'un buzz : chaque personne doit écrire des Communiqués de Presse (une quinzaine de lignes).
  • Chasse aux signatures
  • Trouver un candidat pour les législatives
Nous avons terminés par une réunion amicale à la Taverne du Brasseur, jusqu'à 19H.

Labels:

Opération tractage, le Week-End du 16 Septembre

Afin de sensibiliser notre public à nos idées et notre parti, Jean-Paul propose une séance de tractage ce Vendredi soir et Samedi matin.

Lieu : Le livre sur la place, Place Stanislas à Nancy
Horaires :
  • Vendredi : après 18H
  • Samedi : de 9H à 11h30

  • Merci de bien vouloir m'indiquer vos disponibilités.

Labels:

Friday, September 08, 2006

Photos de la dernière venue d'Edouard FILLIAS à Nancy

Voici les photos de la conférence de présentation d'Alternative Libérale par Édouard Fillias (président d'AL au niveau national), en Juin dernier :

De gauche à droite : le journaliste de l'Est Républicain, Edouard Fillias, Jean-Paul Oury
Vue d'ensemble de la salle
Edouard Fillias et Jean-Paul Oury, pendant la conférence

Labels:

Aternative Libérale Grand Est fait sa rentrée à Amnéville

Invitation au pic-nic libérale grand-estPatrice Vézine, Christiant Braga et Jean-Paul Oury ont le plaisir de vous inviter à la réunion de rentrée qui se tiendra au restaurant l’Assiette Lorraine à Amnéville. Cette rencontre sera l’occasion pour nous de faire connaissance et de fédérer nos actions sur le Grand Est, avant l’annonce de notre candidat aux présidentielles et notre recherche de signatures. Nous aurons le plaisir d’accueillir Aurélien Véron, porte-parole d’Alternative Libérale et responsable de la campagne.

Description : Un dîner-débat
Quand : 9 septembre 2006
À quel endroit : 41, rue de Nancy - 57360 Amnéville-lès-Thermes
Horaire : à partir de 12 heures
Infos diverses : Salle de conférence + menu typiquement lorrain (20 euros).
Renseignement sur la zone thermale : http://www.amneville.com/

Seront présent, les comités Lorrain, Alsacien, Champenois, Bourguignon, Franc-Comtois. Et aussi, AL Luxembourg et Belgique.

Programme
  • Mini-discours d’accueil des organisateurs
  • Apéritif et tour de table
  • . Intervention d’Aurélien Véron sur le programme
  • . Question-débats
  • . Déjeuner
  • . Intervention de Philippe Seigneur responsable du pôle formation
  • . Intervention des responsables locaux
  • . Discussion sur la campagne 500 signatures
  • . Rendez-vous sur la zone de loisirs (thermes, ski indoor, aventuriers, golf, casino....)

Plan pour se rendre à l'Assiette Lorraine

Contacts
jp.oury@alternative-liberale.fr 06 28 07 76 35
p.vezine@alternative-liberale.fr 06 08 67 22 92
c.braga@alternative-liberale.fr 06 07 03 89 08

Labels:

Monday, July 31, 2006

Mariage SUEZ GDF : retour de l’état dans l’économie et tremblante du député UMP.

Communiqué de presse

Mariage SUEZ GDF : retour de l’état dans l’économie et tremblante du député UMP.

Sur cette alliance, la vraie question reste posée : privatisation de GDF ou nationalisation de Suez ? Pour réaliser cette opération, le gouvernement qui s’est engagé en 2004 à maintenir une participation de 70% dans GDF devra défaire la loi (Rafarin-Sarkozy+CGT) il s’agit bien d’une privatisation partielle de GDF. Mais cela donnera lieu également à une nationalisation partielle de Suez (privatisée en 1987), car l’Etat en sera le premier actionnaire (34% du capital).

Après le ni-ni des socialistes, la droite invente le mi-mi. Mi privatisation, mi nationalisation.
Le grand retour de l’Etat dans la vie des entreprises est une erreur fondamentale.
A l’heure de l’Europe et des économies ouvertes, le temps n’est plus au protectionnisme.

Car on ne peut pas considérer que les OPA sont une bonne chose quand elles permettent à des sociétés sympathiques de racheter des entreprises étrangères (Arcelor avec le canadien Dofasco), et une mauvaise chose quand elles subissent ces OPA (Mittal avec Arcelor).

Le retour de l’Etat dans l’économie c’est surtout le retour du capitalisme de connivence entre les politiques et les dirigeants économiques. Lorsque les décisions ne se prennent plus sur les marchés financiers, elles se prennent dans l’opacité et l’obscurité du « marché politique » et le rideau de fumée du verbiage médiatique dissimule les petits arrangements entre amis.

Pour retrouver la croissance en France et dans la zone euro nous avons besoin de plus de concurrence, nous devons faire reculer l’ingérence de l’Etat dans l’économie. Le vrai patriotisme économique ne consiste pas à construire d’éphémères lignes Maginot, mais à bâtir un environnement fiscal, social, concurrentiel et réglementaire compétitif pour toutes nos entreprises, tel que le proposera le programme du candidat d’Alternative Libérale.

Nous n’avons pas à vivre dans la crainte de quelques OPA étrangères. Alternative Libérale dénonce cette « OPA de l’Etat sur la vie économique ». S’en accommoder serait un retour de fait à l’économie socialo marxiste.


Alternative libérale 57
www.alternative-libérale.fr
Christian Braga

Labels:

Libéralisme authentique, contre socialisme hypocrite

Communiqué de Presse

Notre réponse au député Liebgott :

Libéralisme authentique, contre socialisme hypocrite

Toujours persuadés qu’ils ont le monopole du social et qu’eux seuls sont capables de sauver la veuve et l’orphelin, les socialistes font une fois de plus la démonstration de l’absurdité de leurs raisonnements... à moins qu’il ne s’agisse là que d’hypocrisie? Le député Liebgott ne fait pas exception en caricaturant et en détournant nos propos qui visaient à défendre les petits actionnaires contre le capitalisme de connivence dans lequel l’Etat français se complaît. C’est ce même interventionnisme et ses résultats catastrophiques pour les actionnaires et les salariés que les libéraux authentiques d’AL critiquent. S’il est un raisonnement simpliste, c’est bien celui qui consiste à penser que les politiques, de gauche ou de droite peuvent décider pour les entreprises de ce qui est bon ou mauvais pour elles. A-t-on déjà oublié les résultats catastrophiques de la politique menée dans les années 80 dans la région de Longwy? Entre les 4% de taux de chômage dans la région de Leeds en Angleterre et les presque 50% de la région de Longwy, on se dit finalement aujourd’hui que c’est peut-être Mme Thatcher qui avait raison et pas François Mitterrand... C’est tout du moins ce que pensent les députés socialistes du SPD et du Labor Party* !
Parce qu’il n’est pas “alternatif”, mais bien authentique, le libéralisme que propose Alternative Libérale est la véritable clé de toute politique sociale. “Les créateurs de richesse” que sont les salariés et dont prétend se faire l’avocat le député, sont souvent les premiers lésés par les politiques qui prétendent agir en leur faveur. Car, répétons-le, plutôt que de chercher à mener une politique de l’emploi, l’Etat ferait mieux de laisser les coudées franches aux entrepreneurs qui seuls peuvent créer les richesses, de même ce n’est pas à eux de choisir à la place des actionnaires. Au championnat des “Faut qu’on” et des “Y-a-qu’à”, les socialistes et les conservateurs de tous bords se disputent la palme de l’Etatisme..... Les libéraux luttent sur un autre terrain : celui de la confiance dans la capacité des Français à créer la croissance nécessaire non seulement à la survie du pays, mais aussi à une plus grande justice sociale! D’ailleurs, on ne voit pas en vertu de quel principe, ni aux prix de quelles subventions, les recommandations du député Liebgott permettraient de sauver les emplois dans la vallée de la Fensch, si ceux-ci venaient un jour à être menacés. Il y a une opération magique que le député socialiste ferait bien de nous expliquer.

* Voir émission spéciale diffusée sur Arte en mai

Labels:

Tuesday, July 11, 2006

Réponse du député Liebgott à Christian Braga

Revue de Presse

Voici la réponse du député Liebgott, parue dans le Républicain Lorrain du 10 Juillet 2006

Réaction à chaud du député Liebgott

Le 7 Juillet dernier dans les colonnes du Républicain Lorrain, Christian Braga avait cité Michel Libgott dans un communiqué concernant la fusion Arcelor-Mittal. Contrairement aux positions de l'élu socialiste, le représentant de d' "Alternative libérale Lorraine" estimait que «la vie d'une entreprise ne se résume pas à son Conseil d'administration". De quoi à nouveau faire sortir la plume du maire de Fameck : "Cette "opération de marché", comme la qualifie M. Braga, ne doit pas faire oublier qu'une entreprise ce sont aussi des salariés, des hommes et des femmes dont le travail s'inscrit dans un plan d'entreprise ayant des conséquences pour nos territoires».

Au yeux de Michel Liebgot,«le libéralisme alternatif prôné par M. Braga semble relever du simplisme. On ne peut cautionner qu'une restructuration se fasse au détriment des créateurs de richesse que sont les salariés. C'est avec cette logique que se sont multipliées les dérives du capitalisme financier» . Et l'élu de poursuivre : «Lors des récentes auditions de la commission économique de l'Assemblée Nationale, de Lakhsmi Mottal et d'Alexei Mordashov, je n'ai notamment pas manqué de leur rappeler toute l'importance de la filière liquide d'Arcelor pour la vallée de la Fensch, pour ses salariés, pour sa population et pour toutes les collectivités locales».

L'équipe d'AL Lorraine a envoyé une réponse au Républicain Lorrain.

Labels:

Mittal - Christian Braga et l'intérêt des actionnaires

Revue de presse

Un article paru dans le Républicain Lorrain (édition du 7 Juillet 2006)

Mittal - Christian Braga et l'intérêt des actionnaires

Christian Braga d'Alternative Libérale Lorraine estime dans un communiqué que "Le raid de Mittal sur Arcelor est en passe de se terminer comme il aurait du commencer : en faisant prévaloir l'intérêt des actionnaires. C'est ainsi que doivent fonctionner les entreprises privées de stature internationale qui font appel à la Bourse pour se financer. Cela n'empêche certes pas les gouvernements, les ministres et les députés de faire connaître leur point de vue quand des enjeux économiques importants sont en cours. mais de là une opération de marché se déroule conformément aux lois des Etats (votées par les députés). ce sont les règles du marché qui doivent décider de son issue."

Christian Braga regrette "les conséquences de trente ans de capitalisme à la française et notre goût pour l'égalitarisme nous a privé des fonds de pension et fait fuir les grandes fortunes qui auraient permis de continuer à être dans une 'partie' qui se joue à l'échelle mondiale. Le monde de l'entreprise est un monde en perpétuel mouvement, des emplois disparaissent et d'autres se créent, c'est ce mouvement qui échappe aux conservateurs et aux interventionnistes de tout poil dont fait partie le député PS Liebgott. Le parti socialiste fut un parti de progrès en 1936. le monde a changé mais le compteur socialiste est resté bloqué."

Labels:

Débat avec Jean-Paul Oury et Resolyne Bachelot sur le principe de précaution !

Le président d'AL Lorraine, Débat sur l'environnement de Jean-Paul Oury et Roselyne BachelotJean-Paul Oury (porte-parole « Environnement » d’Alternative Libérale, Docteur en histoire des sciences et technologies et auteur de l’ouvrage La querelle des OGM (PUF) ), a débattu avec Roselyne BACHELOT-NARQUIN (Députée UMP-PPE au Parlement européen, ancien Ministre de l’Ecologie et du Développement Durable (2002-2004), Secrétaire Générale adjointe de l’UMP), Martine BILLARD (député vert), Agathe VAN LANG (professeur à l’université de La Rochelle). Le thème du débat était :

« Santé, Environnement : appliquer le principe de précaution ? »


Voici le compte rendu des interventions de Jean-Paul OURY :
Sans s’opposer à la nécessité d’une certaine prudence, Jean-Paul OURY dénonce la méthode inhérente au principe de précaution, qui laisse à des instances publiques la possibilité d’interdire une démarche industrielle ou de recherche sans avoir à étayer cette décision en apportant des preuves de leur nocivité. Pour l’auteur de l’ouvrage La querelle des OGM (PUF, 2006), les débats d’experts doivent primer car sur des sujets aussi techniques, l’opinion publique ne peut pas être assez éclairée pour échapper aux manipulations de groupes de pression politisés. Le principe de précaution enferme ainsi la communauté scientifique dans une suspicion officialisée qui discrédite son discours rationnel au profit de positions dérivées d’idéologies. Seule une approche pragmatique au cas par cas qui accepte le risque peut échapper à l’arbitraire d’une décision issue de la polémique publique. Le porte-parole sur les questions environnementales du tout jeune parti Alternative Libérale insiste sur le caractère intrinsèquement indémontrable du risque zéro : comment en effet apporter la preuve de l’innocuité de conséquences qui par définition sont inconnues ?

Compte rendu complet

Wednesday, July 05, 2006

Réunion de la cellule proximité d'AL Nancy

Afin de réfléchir sur la ligne stratégique de la politique locale, le comité nancèen d'AL se réunit :

Jeudi 6 Juin 2006 - à partir de 12h30,
Devant le Pinochio - Place Saint Epvre
54 000 Nancy

Labels:

Monday, July 03, 2006

Pas de vacances pour Alternative Libérale en Lorraine

A la suite de la venue d’Edouard Fillias en Lorraine (voir l’article dont il a bénéficié) Alternative Libérale est lancée pour de bon en lorraine. Ceux qui ont assisté à notre réunion ont pu constater que notre position était unique et notre programme solidement avancé.

Avec les vacances qui approchent, nous devons redoubler d’initiatives et être partout à la fois pour faire grandir notre parti en Lorraine et obtenir les signatures auprès des élus locaux qui nous permettrons de présenter un candidat.

Une autre tâche consiste à réfléchir sur une politique libérale de proximité. Pour cela, dès demain, Jean-Noël Schneider prendra contact avec vous afin de mettre en place une équipe chargée de lister les problématiques locales et de réfléchir sur des solutions libérales à ces problématiques.

Bertrand Courtois réfléchis à une nouvelle méthode sensée remplacer le tractage classique. N’hésitez pas à le contacter si vous voulez l’aider.

Nous organiserons des séances de tractage pendant l’été.

Enfin, pour ceux d’entre-vous qui ont adhéré et qui n’ont pas encore accès à l’intranet, nous les prions de bien vouloir se signaler auprès de Geoffroy Gobert, il les assistera dans les démarches techniques.

Pour ceux qui n’ont pas encore adhéré, nous rappelons que l’adhésion est un geste essentiel sans lequel le parti ne peut pas exister.

En attendant, d’excellentes vacances à ceux qui partent, et notez dès à présent, que nous célébrerons la rentrée par un pique-nique libéral qui réunira tous les membres d’AL dans le Grand Est à Amnéville le 9 septembre 2006.

Bien cordialement
Jean-Paul Oury
Responsable d’AL Nancy

L'Est Républicain parle d'Edouard FILLIAS

Revue de presse
L'Est Républicain, 24 juin 2006

Edouard FILLIAS dans Est RépublicainIl doit son petit air de Sergi Lopez à l'ascendance espagnole de son père. Présent hier soir à Nancy, Edouard Fillias décoiffe. Diplômé d'HEC, il règne à 26 ans sur le conseil en veille stratégique des entreprises. Mais sa passion, c'est le libéralisme. Son but « remettre la France à l'endroit en évitant les extrêmes ». Sa trajectoire se veut tonique.

D'emblée il s'en prend au politiquement correct quand membre du comité directeur de Sciences Po, il est le seul à s'élever « contre la discrimination positive. Oui aux jeunes des ZEP, mais sur la base du même concours pour tout le monde » lance-t-il à Richard Decoing. Tenté par l'UMP, il claque la porte après quatre mois « pour dénoncer le manque de démocratie ».

Avec quelques amis, Edouard Fillias lance « Liberté, j'écris ton nom », puis « Liberté chérie » en 2002 - 2003. « On a opté pour l'activisme politique façon Act up ou Greenpeace » confie-t-il en narrant son premier fait d'arme. « En plein débat sur les retraites, nous dénoncions l'incapacité de la France à se réformer et nous réclamions l'abolition des privilèges des salariés du public. Nous avons été dépassés par le succès ». Rapidement les « coups » s'enchaînent. Dénonciation de l'arrachage des OGM, coupure de courant EDF, débat sur la recherche : les positions de « Liberté chérie » surprennent.

Alain Madelin salue « la relève, l'apparition de la jeune garde ». Des comités se créent en province. Il y a deux mois « Alternative Libérale » est portée sur les fonts baptismaux à la Cigale à Paris.

A la chasse aux signatures

Aujourd'hui, la quête des cinq cents signatures est lancée pour un candidat à la présidentielle. « Nous avons plus de chances que Le Pen de les glaner » poursuit Edouard Fillias. « Beaucoup d'élus ruraux se retrouvent dans nos idées ». Pour convaincre, le leader d'AL ouvre son catalogue : « Impôt à taux unique pour tous les Français dès le 1er euro. Abroger le monopole de la Sécu pour permettre aux gens de choisir leur assurance ou leur mutuelle aux prix qui leur convient pour les prestations qui leur conviennent ». Autres idées promues dans les mois à venir : « la liberté pour chaque Français de choisir l'âge de sa retraite. Ou la simplification d'un code du travail ramené de 350 à 20 pages intelligibles pour tout le monde ». Alternative Libérale trace son sillon.

Le candidat à la présidentielle sera choisi en septembre. « 80 personnalités crédibles » sont déjà sur les rangs pour les législatives. 7 congrès régionaux, un livre en janvier, un congrès national au printemps 2007 sont couchés sur l'agenda. « Ségo et Sarko se jettent à la poursuite du pire » dénonce Edouard Fillias, « la peur viscérale des Français. Ils préconisent l'Etat - nounou contre toutes les insécurités. Nous apportons vraiment des idées nouvelles ! » assure-t-il, à demi surpris par l'intérêt qu'il suscite.

Jean-Louis ANTOINE

Labels:

Sunday, June 18, 2006

5000 Nancéiens ont une nouvelle Alternative bien en main

Dans le cadre de l’opération de tractage organisée au niveau national, les membres d’Alternative Libérale sont allés à la rencontre des nancéiens ce week-end.

S’étant répartis la tâche par petits groupes, ils ont tracté de vendredi soir au dimanche 13 heures devant la Fnac de Nancy, au marché de la vieille ville et à celui de Vandoeuvre.

Encouragés par l’accueil positif des passants amusés par le tract qui invite le lecteur à « Faire le mur », les membres du comité local sont plus que satisfaits. La plupart des individus étaient agréablement surpris de voir qu’en France, un parti d’actifs était en train de grandir à vue d’œil et qu’il était possible des les rejoindre pour agir à leurs côtés et réagir à la situation de déclin du pays. Beaucoup ont dit, « alors si c’est ça le libéralisme ! ça m’intéresse. »

A 5 jours de la venue à Nancy d’Edouard Fillias, le président d’Alternative Libérale, les bons résultats de cette opération motivent les troupes autour de l’objectif principal qui est de faire grandir le parti pour mieux affronter les échéances électorales.

Jean-Paul Oury, représentant d’AL 54

Labels:

23 Juin Conférence de presse en présence d’Edouard Fillias

Chers amis,

Nous avons le plaisir de vous inviter à la conférence de presse donné par Edouard Fillias, président d’Alternative Libérale :

le 23 juin 2006 à 18 heures
Salle Raugraff - 13, bis rue des Ponts
54 000 Nancy


Ce rendez-vous sera l’occasion pour le président national d’AL de se présenter aux adhérents et sympathisants lorrains réunis pour l’occasion. Entouré des responsables locaux de Moselle et de Meurthe-et-Moselle, Christian Braga, Jean-Paul Oury, Edouard Fillias répondra aux questions des journalistes concernant les projets
d’Alternative Libérale en vue des présidentielles et des législatives. Lors de cette réunion, seront également évoqués des points du programme d’AL présentés lors d’une réunion politique qui a eu lieu à Science Po Paris : l’impôt proportionnel et le revenu de liberté, deux mesures exclusives qui tendent à démontrer que les solutions libérales sont les clés de toute justice sociale.

Vous êtes donc tous cordialement invités à participer à cet événement, qui sera suivi pour ceux qui le souhaitent d’un repas (le lieu sera précisé très prochainement).

Au plaisir de vous rencontrer lors de cet événement.

Les responsables d’Alternative Libérale en Lorraine
Christian Braga, Jean-Paul Oury

Labels:

Tuesday, June 06, 2006

Une demi page pour Jean-Paul et Alternative Libérale dans l'Est Républicain !

Revue de presse

Jean-Paul Oury
* a basculé au début des années 2000. Après une période au RMI, il a embrassé le... libéralisme.

Être libéral est-il politiquement correct ? Soucieux d'aller à l'essentiel, Jean-Paul Oury n'a pas attendu longtemps pour rompre avec les subtilités frileuses de la pensée unique. « Pour moi, la question était simple. Soit je m'engageais et j'arrêtais de me plaindre de la situation de la France. Soit je la quittais... », dit-il. Jean-Paul Oury, 34 ans, docteur en histoire des sciences et techniques à Jussieu Paris VII, aujourd'hui concepteur-rédacteur publicitaire en Lorraine, ne tergiverse pas avec une quête qui l'amène à défendre les couleurs d'Alternative Libérale.

Responsabiliser les gens

« La vie est bizarre », confie-t-il. « J'ai signé mon mémoire de maîtrise sur le philosophe nancéien Raymond Ruyer. La lecture de son « Éloge de la société de consommation » en 1970 m'a servi de déclic. Après diverses périodes écolo, socialo, etc, je me suis retrouvé sans travail à vivre seulement du RMI. C'est à cette époque », ajoute Jean-Paul Oury, « que j'ai découvert le programme d'Alain Madelin. Deux idées ont fait tilt. Il proposait de faciliter l'accès à la propriété pour les plus démunis. Ce qui m'a touché. Et il prônait la responsabilisation des gens ». En un clin d'oeil, le communiquant nancéien revisite son adolescence.

Pour lui, la diabolisation des penseurs libéraux est dommageable. « Leurs bases philosophiques et leurs valeurs communes ont été trop longtemps méprisées », affirme-t-il. « Le libéralisme a trop souvent été réduit au libéralisme économique et à la mondialisation. Il faut pourtant se souvenir qu'ils ont inspiré la Déclaration des Droits de l'Homme et le siècle des Lumières ». Mécontent « de voir les libéraux trop souvent casés injustement à la droite de la droite », Jean-Paul Oury s'accroche, ces derniers mois, aux Cercles libéraux, à Liberté Chérie, aux Contribuables associés.

Fan d'Edouard Fillias, consultant web, et de Sabine Herold, étudiante à HEC qui lancent « Alternative Libérale », le Nancéien ne tarde pas à les rejoindre autour d'un pot d'idées communes.

Envie d'entreprendre

Un : respecter les libertés individuelles, notamment de choisir son école et pour les écoles de choisir leur personnel enseignant. Deux : défendre l'environnement en responsabilisant les pollueurs et en investissant sur la technologie et l'innovation. Trois : asseoir l'économie sur des impôts plus justes et plus transparents pour favoriser un système qui donne enfin envie aux gens d'entreprendre. « La question du « bouclier social » est actuellement en discussion », précise Jean-Paul Oury. Le sujet est soumis à la sagacité du millier de militants d'AL qui en débattent au sein des 80 comités locaux créés dans toute la France.

Le 14 mai prochain, à la Cigale à Paris, les lignes forces du programme politique seront définies. Courant juin, Alternative Libérale désignera son candidat à la présidence de la République. Ce pourrait être Edouard Fillias ou Saïd Bouaïssi, un transfuge du PS et d'Attac. « Nous ne sommes ni à droite ni à gauche », répète régulièrement Jean-Paul Oury à la quarantaine des militants qui l'ont rejoint à Nancy. « Pour nous, la quête des idées est plus importante que le pouvoir. Nous n'avons qu'un seul objectif : faire bouger les choses. J'ai une petite fille de cinq ans », confie-t-il. « Pour elle, je dois m'engager. Je ne peux pas laisser la France comme ça ».

Jean-Louis Antoine

(*) Jean-Paul Oury est Directeur des Relations Presse d'AL et Président d'AL Loraine

Labels:

L'Est Républicain parle d'AL Nancy

Revue de presse
L'Est Républicain du 3 Juin 2006 :

Recurtement
Le nouveau parti « Alternative Libérale » a été lancé le 1er mars. Le 14 mai à La Cigale à Paris il réunissait mille personnes. Il compte aujourd'hui 3.000 adhérents et 100 comités de circonscription dnt celui de Nancy. Ce dernier organise une soirée recrutement le 7 Juin prochain à 20h au Café du Commerce en attendant de recevoir son leader national Edouard Fillias, le 23 Juin.

Labels:

Wednesday, May 31, 2006

Grand débat public : Les libéraux au secours de la justice sociale

Liberalisme et justice socialeChers amis,

Trois semaines après avoir rempli la Cigale pour son Congrès fondateur, Alternative Libérale organise, le 10 juin, dans les prestigieux locaux de Sciences Po Paris, une conférence sur le thème du "modèle social" français .

Avec nos invités, les représentants d'Alternative Libérale exploreront les échecs du système français et présenteront les solutions libérales.

Venez donc nombreux à Sciences Po, samedi 10 juin à 14h (27, rue Saint Guillaume 75007 Paris, M° Sèvres-Babylone )

Réservations par email: 10juin@alternative-liberale.fr
+ d'infos : Site d'AL

Chèvre libéraleIntervenants présents :
    Jean-Louis Caccomo
  • Maître de Conférences en Sciences économiques à l'Université de Perpignan
  • Comment le modèle français a sombré dans l'injustice et l'inefficacité
    Saïd Bouaïssi
  • Porte-parole d’Alternative Libérale
  • Contre-argumentaire sur les fausses bonnes idées d'une gauche idéologique devenue antisociale
    Axel Arnoux
  • Président de Chauvin-Arnoux, administrateur de l’ALEPS
  • La "feuille de paye vérité", une idée pour informer les salariés du vrai coût de leur protection sociale.
    Sabine Herold
  • Vice-présidente d’Alternative Libérale
  • Santé, éducation, logement: quand le libre choix est la clé de la justice sociale.
    Jérôme Adam
  • Président de Easylife Conseil, fondateur de Virtual Friendly
  • L'auteur de "entreprendre avec sa différence" nous parlera de l'innovation sociale dans les PME
    Edouard Fillias
  • Président d’Alternative Libérale
  • Revenu de liberté et fiscalité proportionnelle, osons inventer une nouvelle donne sociale

Labels:

Tuesday, May 16, 2006

Alternative Libérale - présentation

L'Alternative Libérale est en marche !

Vous pensez que la France fonctionne parfois à l’envers ? Vous souhaitez que cela change mais ne vous reconnaissez ni dans les partis conservateurs ou socialistes, ni dans les extrêmes. Alternative Libérale est peut être votre meilleure chance de remettre la France à l’endroit.

Alternative Libérale se lève pour défendre notre droit à une France meilleure, à des vies plus heureuses et plus libres. Les blocages innombrables du pays ont conduit à une situation intenable qui pénalise notre présent et hypothèque notre avenir.

A force de privilégier l’action Etatique, au détriment des réformes fondées sur la responsabilité et l’initiative individuelle, des générations d’hommes politiques ont privé le pays des ressorts du sursaut. L’abandon de la vie syndicale aux luttes corporatistes, le renoncement à la liberté de l’entreprise au nom des systèmes sociaux, l’élimination progressive de la liberté du citoyen, sont autant de stigmates d’une France qui s’avachit. Elle n’est plus désormais que l’ombre d’elle-même. Dans cette France en berne, les premières victimes ne sont pas les plus nantis, mais bien les hommes et les femmes du peuple. Ceux qui prennent le RER pour aller au travail et paient leurs impôts sans l’assistance d’un avocat fiscaliste. Ceux qui subissent les restructurations, les plans sociaux et qui connaissent le chômage avec l’espoir ténu de retrouver un emploi. Ceux qui voient leur voitures brûler dans les cités des grandes villes.

Alternative Libérale propose un chemin nouveau, encore inexploré. Nous proposons une réforme radicale de l’Etat et des systèmes sociaux, une refonte complète du fonctionnement de nos institutions, une nouvelle donne pour l’emploi et l’intégration. Pour ces réformes nous avons une seule boussole : le passage d’une société de surveillance et d’assistance généralisée à une société de responsabilité et de liberté. Le recours à la voie des réformes libérales est la meilleure chance pour notre pays. Pour une voie des réformes libérales, au service de la liberté, mais aussi de la justice sociale. La liberté des individus ne s’oppose pas à la justice sociale, elle en est au contraire le socle.

Nous ne sommes ni des conservateurs, ni des socialistes : nous sommes des libéraux. Nos idées méritent d’être présentées directement aux électeurs, sans passer par l’intermédiaire d’un tiers parti. Notre indépendance est le gage de notre cohérence, de notre lisibilité dans l’opinion et les médias, de notre efficacité politique : peser sur les choix qui feront la France de demain.

Notre objectif est de soutenir un candidat libéral à toutes les échéances électorales que connaîtra le pays, des législatives aux municipales en passant par l’élection présidentielle, dans les prochaines années, à commencer par 2007. Pour construire notre mouvement et donner à nos candidats les moyens de développer des campagnes efficaces, nous avons besoin de votre soutien. Soutien intellectuel, militant, financier : tout ce que pourrez faire pour Alternative Libérale lui sera d’un grand secours en cette période fondatrice déterminante,

Créer un parti politique et réussir implique une volonté sans faille de ses promoteurs et de ses soutiens. Pour atteindre nos objectifs, nous avons réuni une équipe expérimentée. Nous avons le soutien de nombreux intellectuels, réseaux médiatiques, réseaux de militants, partout en France. Nous ne partons pas de rien et avons soigneusement planifié notre action : Alternative Libérale n’est pas une étoile filante. Nous voulons réussir notre percée électorale en 2007 pour peser sur les choix politiques essentiels du pays.

Adhérez à Alternative Libérale pour soutenir ce projet audacieux mais nécessaire. Votre soutien est l’élément vital de ce jeune parti : il a besoin de vous. Soutenez la vraie chance de changement de notre pays.

Téléchargez notre bulletin d’adhésion ici : bulletin_adhesion.pdf

En comptant sur votre soutien,

Edouard Fillias
Président d’Alternative Libérale